Par Alain Royer (pour voir l’article original, cliquez ici).

Dans la vie courante, un GPS sert le plus souvent à indiquer un itinéraire… Mais on pourrait aussi l’utiliser pour voir la neige. Un GPS est, en effet, un radar qui peut être exploité comme tel pour caractériser la neige!

Station GPS montée par Patrick Ménard, responsable du Laboratoire de développement technologique en télédétection du Département de géomatique appliquée et du CARTEL
Station GPS montée par Patrick Ménard, responsable du Laboratoire de développement technologique en télédétection du Département de géomatique appliquée et du CARTEL
Photo : fournie

Le principe est assez complexe. La constellation de satellites GPS émet une onde radar que les antennes GPS au sol mesurent : une sous la neige et une au-dessus de la neige.

Le professeur Alain Royer creuse un puits dans la neige pour mesurer la quantité de neige
Le professeur Alain Royer creuse un puits dans la neige pour mesurer la quantité de neige
Photo : fournie

L’équipe du Groupe de recherche interdisciplinaire en milieu polaire (GRIMP) des professeurs Alain Royer et Alexandre Langlois du Centre d’applications et de recherches en télédétection de l’Université de Sherbrooke (CARTEL) ont entrepris de valider cette approche encore peu connue.

Le professeur Royer consigne les données recueillies.
Le professeur Royer consigne les données recueillies.

Photo : fournie

Avant l’hiver, leur système de test a été installé sur le site de la Forêt Montmorency, une forêt expérimentale gérée par l’Université Laval.

Le projet est d’ailleurs réalisé en collaboration avec le Centre d’études nordiques de l’ULaval, auquel l’équipe GRIMP est associée.

Les chercheurs y font régulièrement des mesures pour valider l’instrument, notamment le 13 janvier 2021, date à laquelle les photos de l’article ont été prises.